Le 14 au hasard

25 avril 2017

Une escapade pas comme les autres

Samedi dernier, j'ai accompli une expérience à nulle autre pareille : j'ai fait un vol en montgolfière au-dessus d’Albi. Et je dois dire que j'ai été sidéré tout du long : c'est décidément un appareil curieux. A un point que c'en est à peine croyable, en fait ! Sur le plan fonctionnel, c'est indubitablement l'un des moyens de locomotion les plus fous qui soient. Entre autres défauts : les vols n'ont lieu qu'à la belle saison ; au moindre caprice météo, le vol est annulé (personnellement, le vol a été reporté deux fois avant que je puisse le faire !) ; la montgolfière avance au ralenti... Bref, c'est clair : je pense que la montgolfière ne risque pas de supplanter l'automobile avant longtemps. :-) Néanmoins, à compter du moment où on lâche prise, l'expérience trouve tout son sens. On est sur un petit nuage tout du long : on savoure le panorama, la lenteur et le fait de ne pas savoir où le vent nous porte. C'est une expérience intéressante, surtout que nous ne le faisons pas assez, la plupart du temps : nous ne prenons pas le temps de nous poser, de savourer le panorama comme il se doit. Depuis que les smartphones existent, nous passons notre temps sur nos écrans plutôt que de regarder autour de nous ! Lorsqu'on embarque sur la nacelle, néanmoins, le choix n'est plus permis : il n'y a plus qu'à s'installer confortablement et contempler. A part les moments où le brûleur est activé, c'est le silence qui domine à bord. Personne ne discute, chacun semble ensorcelé par le paysage. Tout le monde observe les routes minuscules qui ne sont plus que des lignes, les voitures qui ne sont plus que des points. Le monde paraît si négligeable vu depuis les hauteurs. C'est tellement somptueux que plus rien n'a d'importance. Et lorsqu'on rejoint le sol au terme de l'heure de vol, on reste sur un petit nuage pendant un moment... Si vous aimez les expériences un peu particulières, vous pouvez vous lancer sans hésiter : c'est tout simplement magique. Mais si vous êtes en quête d'adrénaline, fuyez ! C'est une expérience éminemment contemplative, une promenade comme celle-là ! Je vous mets en lien le prestat' par lequel je suis passé, si vous habitez Albi. Pour en savoir plus sur ce vol en montgolfière, suivez le lien.

montgolfiere3

 

Posté par bleblanc à 16:25 - Permalien [#]
Tags : ,

04 avril 2017

La Turquie, vers une démocrature islamiste?

Il est temps de voir la Turquie comme elle est – et non comme on souhaiterait qu’elle soit, et de ne plus d’accepter l’inacceptable La ligne rouge aurait-elle été franchie?? En comparant l’Allemagne puis les Pays-Bas à des pays nazis, le président Erdogan n’est pas seulement dans la provocation. Il signifie là la fin des relations de confiance entre l’Europe et la Turquie. Bien sûr, ces relations avaient commencé à se détériorer au lendemain du coup d’État avorté du 15?juillet 2016. Ankara avait alors accusé l’Occident, contre toute évidence, d’être derrière la tentative de son renversement. Pire encore, le président turc a pris prétexte de la tentative de putsch pour organiser une purge sans équivalent qui allait envoyer en prison plus de 45?000 personnes et entraîner la révocation de plus de 130?000 fonctionnaires. La plupart n’avaient rien à voir avec la tentative de renversement, mais leur opposition présumée au pouvoir islamiste de l’AKP, le parti de Recep Tayyip Erdogan, était suffisante pour les jeter à la rue lorsque ce n’était pas en prison. Finalement, avec le recul, les événements de juillet?2016 ont servi le dessein du président turc, celui d’instaurer en Turquie un régime hyper-présidentiel islamiste où toute décision émane du seul chef de l’État?: finie l’indépendance de la justice, terminée la démocratie parlementaire, disparus les contre-pouvoirs, notamment celui de la presse qui subit une censure permanente. Mais pour ce faire, Erdogan doit encore remporter massivement son référendum constitutionnel prévu pour le 16?avril prochain. Or, il semble que celui-ci pourrait être moins soutenu que prévu. Il faut dire que l’état d’urgence permanent actuellement en vigueur, qui donne tous les pouvoirs – y compris les plus arbitraires – au président turc et auxquels ce dernier recourt sans retenue, inquiète les milieux les plus occidentalisés du pays. D’où la volonté du pouvoir de l’AKP d’obtenir un soutien fort des minorités turques en Europe. Quel meilleur symbole en effet que d’être soutenu par ceux-là mêmes de ses concitoyens qui côtoient et bénéficient de cette démocratie européenne présentée de plus en plus fréquemment en Turquie comme un modèle à combattre?? “Erdogan doit encore remporter massivement son référendum constitutionnel. Or, il semble que celui-ci pourrait être moins soutenu que prévu”. Aussi les autorités turques tentent-elles d’organiser des meetings électoraux favorables au oui, à destination de la communauté turque en Europe. Si des réunions électorales se sont déjà déroulées dans le passé dans plusieurs villes européennes, notamment en Allemagne où la communauté turque est la plus nombreuse, la donne a cette fois-ci changé. Tout d’abord, les relations entre l’Europe et la Turquie sont au plus bas?; une réelle lassitude prévaut face aux chantages permanents d’Ankara – le dernier en date ayant trait au respect par la Turquie de l’accord sur les réfugiés syriens. Surtout, comment laisser se dérouler sur le sol européen des manifestations qui prônent l’instauration d’un système autoritaire, pour ne pas dire plus, et qui va à l’encontre de toutes les valeurs de paix, de démocratie et de liberté portées par cette même Europe?? L’Allemagne suivie par les Pays-Bas, la Suisse, le Danemark et l’Autriche ont récemment refusé, avec raison, de se plier aux exigences turques – d’où l’ire et les sorties tout à la fois inadmissibles et calculées du maître d’Ankara. Il est sans doute temps d’ouvrir les yeux et de voir la Turquie comme elle est – et non comme on souhaiterait qu’elle soit –, à savoir un pays qui dérive avec assurance vers la démocrature islamiste, bien loin de nos idéaux et de nos valeurs, et dont les dirigeants au plus haut niveau affichent chaque jour davantage leur hostilité à l’Occident et à ses valeurs. L’Europe a trop souvent pris l’habitude de chercher le compromis pour finalement accepter l’inacceptable. Il est temps de défendre nos valeurs et de définir de vraies lignes rouges qui seront des points de non-retour.

Posté par bleblanc à 18:52 - Permalien [#]
17 mars 2017

Le nombril du monde

Je vous dirais bien que, comme dans la chanson de Joe Dassin, j'ai pris "le 14 au hasard" comme titre de blog. Seulement, il n'en est rien. Il y a derrière ce "14 au hasard" toute une histoire très personnelle... que je ne vous raconterai pas. En effet, je n'ai pas créé ce blog pour raconter ma petite histoire. Oh, il n'est pas impossible qu'ici et là, je vous parle de moi. Mais ce ne sera clairement pas le sujet principal de ce blog. Et d'un, je pense qu'il y a déjà bien assez de sites, de pages et de comptes où les gens ne parlent que d'eux-mêmes ; notre société promeut tellement le culte de soi que maintenant, lorsqu'on découvre un nouveau lieu, on ne le photographie pas : on se photographie devant lui, quitte à le cacher à moitié ; on ne regarde plus le monde, seulement son propre nombril. Et de deux, mon but est plutôt de vous parler ici de l'actualité de France et d'ailleurs. Je ne sais pas si c'est moi qui vieillis et qui regarde les choses autrement, mais il me semble que l'actualité s'est nettement dégradée, ces dernières années. Quand je vois le comportement incroyable d'un Fillon, quand j'entends les propos de Trump, quand je pense à nos amis anglais, je me dis que décidément, le monde se fendille de toute part. D'où, selon moi, l'importance de réfléchir posément aux événements. Pour ne pas tomber dans les pièges populistes, pour ne pas faire de raccourcis faciles et dangereux, pour ne pas céder à l'air du temps.

Bienvenue sur mon blog.

Posté par bleblanc à 13:14 - Permalien [#]