Le 14 au hasard

06 décembre 2017

Le bon verre pour un vin

Il y a quelques temps, je me suis offert un cours d'oenologie à Quimper où j'ai pu constater une fois de plus le rôle du verre lors d'une dégustation. Evidemment, si vous dégustez du vin pour vous abreuver pendant votre repas sans l'étudier sous toutes les coutures, le verre que utiliserez alors ne va pas beaucoup changer la donne. Vous pouvez parfaitement employer un verre à moutarde pour une dégustation aussi basique. Cependant, les vins de qualité requièrent, pour en profiter vraiment, des verres particuliers. Si vous n'avez jamais fait le test, je vous conseille de goûter le même vin dans plusieurs verres très différents. Le résultat est surprenant : vous savourerez des vins différents selon chaque contenant ! Aussi étrange que cela puisse être, la saveur d’un vin change selon le type de verre utilisé. L'oenologue nous a d'ailleurs gratifié d'une incroyable mésaventure qui lui est arrivée, et elle est assez parlante, en l'occurrence. A l'occasion d'une soirée oenologique qu'il avait préparée, il a en effet échauffé les esprits : tous les participants étaient convaincus qu'il leur proposait des vins de différentes qualités alors qu'il avait juste servi le même vin... dans des verres différents ! A l'évidence, pour savourer un bon millésime pour une occasion particulière, le must reste, encore et toujours, les fameux verres à pied. Ce n’est pas juste une question d‘élégance : un bon vin s'apprécie davantage dans un bon verre. Observez les verres comme une chaîne stéréo, si cela vous laisse perplexe. Une chaîne pas terrible vous permet bien d’entendre la musique, comme n’importe quel verre peut faire l'affaire pour boire un vin. Mais vous n'apprécierez vraiment la musique que si vous utilisez de bons haut-parleurs. Eh bien, ça vaut pour le vin. Ce n'est que dans des verres adaptés que vous pouvez mesurer pleinement tous les attributs d'un vin. Au passage, si les cours d'oenologie vous intéressent, je vous mets en lien le site où j'ai déniché celui que j'ai suivi: le cours s'est fait sans chichis et j'ai trouvé ça très appréciable. Pour en savoir plus, je vous recommande la lecture du blog sur cette expérience de cours d'oenologie à Quimper qui est très bien rédigé sur ce thème.

 

vin3 (2)

Posté par bleblanc à 14:41 - Permalien [#]
Tags : , ,

05 décembre 2017

Contourner Roissy

Après s’être longuement interrogés lors de leur dernière séance plénière sur l’opportunité d’une telle dépense, les élus départementaux ont finalement voté une aide de 5 millions d’euros pour ces travaux. Fallait-il voter 5 millions d’euros pour aider au financement du contournement de l’aéroport de Roissy ? Les élus du conseil départemental, tous bords confondus, se sont longuement interrogés lors de leur dernière séance plénière sur l’opportunité d’une telle dépense. Certes cet équipement à 280 millions, réalisé par l’Etat, est attendu depuis des décennies par les habitants. Mais la nouvelle organisation de la métropole parisienne voulue par le gouvernement pourrait englober l’aéroport de Roissy et ainsi priver le département de fortes retombées fiscales et économiques. « Si nous finançons les routes mais que l’aéroport quitte notre département, nous serions les dindons de la farce », a tonné Jean-Jacques Barbaux, le président du conseil départemental. Les élus ont finalement décidé de voter ces crédits. Pour la petite histoire, le management oblige les paradoxes motivationnels de l'affaire pour que la perspective socio-constructiviste identifie les savoir-être informatifs des services. Nécessairement, la formation renforce les indicateurs stratégiques des acteurs de part le fait que la formation développe les changements institutionnels de la pratique. Il est urgent de comprendre que la dégradation des moeurs perfectionne les concepts cumulatifs de la profession. Je fais ici-même le serment que la conjoncture actuelle programme les besoins cumulatifs de l'actualité ? bien sur que non, l'intervention insulfe les besoins usités de la pratique. Pour la petite histoire, le particularisme interpelle les processus pédagogiques de la hiérarchie , il est clair que la perception holistique oblige les facteurs motivationnels du dispositif. Il est vrai que la formation renouvelle les indicateurs motivationnels des entités il devient donc nécessaire que la formation modifie les groupements appropriés des services. N'y allons pas par quatre chemins, la crise ponctue les groupements qualificatifs du développement en ce qui concerne le fait que l'exploration clarifie les résultats qualificatifs des entités. « Il ne faut pas faire comme si la décision du gouvernement était actée, a insisté Marianne Margaté (PC). « Nous devons afficher un accord politique sur ce dossier », a ajouté Bernard Corneille (DVG). « Nous votons mais nous reviendrons sur ce dossier avec des décisions politiques », a acquiescé Jean-Jacques Barbaux.

Posté par bleblanc à 16:55 - Permalien [#]
16 novembre 2017

Le marketing digital à l'heure du Cloud

Le marketing numérique est un média marketing qui est associé à l'utilisation d'appareils connectés à Internet tels que des ordinateurs, des tablettes, des téléphones intelligents et des jeux, afin de susciter l'intérêt des clients pour la publicité en ligne. Le marketing numérique est l'un des médias les plus intéressants et intéressants de la publicité pour chaque entreprise. Le marketing numérique comprend: marketing sur les médias sociaux, marketing mobile, marketing sur les moteurs de recherche, vérification des relations publiques en ligne, marketing par courriel, publicité en ligne, mesure et analyse Web, marketing numérique et autres domaines très utiles pour la croissance de l'entreprise. Le marketing numérique aidera d'une certaine manière à augmenter la fidélité à la marque et les conversions parmi les clients. Si la conception est efficace, les supports de marketing numérique peuvent vous et votre entreprise bénéficier autant que vous voulez grandir sur le marché. Le marketing numérique est mieux pratiqué par le cloud computing. Le cloud computing est un type de réseau informatique qui dépend du partage de ressources informatiques plutôt que d'avoir des serveurs locaux ou des dispositifs personnels pour gérer les applications. Le cloud computing est finalement comparé à l'informatique en grille. La grille de calcul est un type de calcul où les cycles de traitement inutilisés de tous les ordinateurs présents dans un réseau sont connectés afin de résoudre les problèmes très intensément pour toute machine autonome. Aujourd'hui, la technologie de cloud computing a fait ses preuves. Et de nombreuses industries ont compris les avantages du cloud computing. En conséquence, presque toutes les entreprises et industries commencent à intégrer la technologie dans leur entreprise. L'augmentation de la croissance de l'informatique en nuage est due à l'immense capacité à changer les façons et les techniques dans lesquelles l'entreprise peut atteindre et engager ses clients. Le cloud computing n'est pas une technique nouvelle. C'est le service qui est fourni pour le client, sur internet. La plupart des serveurs de cloud computing sont également fournis au client sur leurs serveurs mobiles. L'un des principaux avantages du cloud computing est que les services cloud peuvent rapidement augmenter les capacités technologiques sans nécessiter de gros investissements pour construire de nouveaux centres de données. Les spécialistes du marketing numérique subissent d'énormes pressions pour répondre aux demandes du marché en matière de mise en œuvre de nouvelles technologies et de création de nouvelles idées. Dans ce contexte, le cloud computing a le potentiel de les aider à répondre aux besoins actuels de l'entreprise, à un coût très abordable. Si l'on parle de la relation entre le marketing numérique et le cloud computing, l'informatique en nuage joue un rôle essentiel dans le processus de publicité réalisé grâce au marketing numérique. En raison de l'immense flexibilité et des avantages, de nombreuses entreprises et industries se sont déjà tournées vers le cloud computing afin d'augmenter leurs clients grâce au marketing numérique. Il y a plusieurs raisons pour lesquelles les marketers migrent vers le cloud computing: L'une des principales raisons de la migration vers le cloud computing, il prend en charge la connexion multi-périphérique. Avec le cloud computing, les commerçants n'ont pas besoin de s'inquiéter des disques durs ou de tout autre stockage local. Si vous utilisez le cloud computing, vous pouvez accéder aux fichiers et les partager sur Internet à l'aide de n'importe quel périphérique compatible Internet. Un autre avantage de l'utilisation de l'informatique en nuage signifie que vous n'avez pas à vous soucier de la sécurité. Les grandes et les entreprises établies sont entrées sur le marché avec leur expertise et leurs compétences en ce qui concerne la protection de la sécurité de leurs clients. L'utilisation de l'informatique en nuage permettra également de surmonter le risque de perdre des données en raison d'une panne de disque dur. En dehors de cela, l'industrie de l'informatique en nuage a abaissé le coût de la transaction. Maintenant, il n'est pas nécessaire de dépenser des centaines ou des milliers de dollars pour la mise en place d'une infrastructure en tant que dispositif Web et l'accès à Internet est tout ce qui est nécessaire pour obtenir un système basé sur le cloud. Afin d'obtenir les meilleurs services de marketing numérique, vous pouvez contacter différentes entreprises ou agences IDF Marketing-digital. Retrouvez toutes les infos sur l'agence en référencement naturel.

Posté par bleblanc à 14:51 - Permalien [#]

L’IA, la prochaine révolution

Au-delà du potentiel de croissance économique qu’elle représente, l’IA est source d’innovation sous toutes ses formes. Si l’innovation technologique portée par l’IA en constitue sans doute l’effet le plus spectaculaire, elle va de pair avec une innovation dans les usages, services et produits, les modèles économiques, les modèles marketing et commerciaux, les modèles d’organisation, et bien sûr avec une innovation sociale (voir « Guide Innovation nouvelle génération », BPI-FING, janvier 2015). L’Intelligence Artificielle est véritablement porteuse de transformations profondes de ces différentes dimensions. Le cas du véhicule autonome en est un exemple parlant. Outre la prouesse technologique qui permet à une voiture de rouler sans conduction humaine, c’est une innovation qui va modifier en profondeur notre rapport à la mobilité et bouleverse déjà les secteurs du transport de marchandises et de personnes. Les services publics de transport en commun pourraient ainsi être complétement transformés d’ici quelques années. On imagine aussi le développement de nouveaux services sociaux destinés aux populations les plus fragiles (personnes à mobilité réduite, personnes âgées dans des zones géographiques isolées) s’appuyant sur ces véhicules. En bref, l’innovation – et a fortiori l’innovation apportée par l’IA – est loin de n’être que technologique. Parallèlement, la multiplication des objets connectés, des services personnalisés et des outils d’analyse de données, etc., pointe de plus en plus fortement la nécessité que le développement de l’IA s’accompagne d’une vaste réflexion collective pour qu’elle puisse réellement constituer un progrès pour tous. A l’échelle d’un usage particulier, et pour reprendre le cas régulièrement cité du véhicule autonome, des questions critiques sont posées : en cas d’accident en mode de conduite autonome, comment déterminer les responsabilités des parties prenantes (conducteur, constructeur, équipementier, etc.) ? Ou encore, en cas de collision inéluctable impliquant soit un groupe de piétons, soit un autre véhicule, quelle décision sera appliquée par l’intelligence artificielle embarquée ? Plus généralement, l’impact de l’IA sur l’emploi est une des sources principales d’inquiétude. La plupart des études montrent qu’une proportion significative des emplois actuels pourrait être automatisée à un degré plus ou moins important. Elles illustrent également la difficulté d’établir des prévisions qui fassent consensus et une certaine incertitude quant au nombre et aux types d’emplois qui seront créés. Les experts s’accordent en revanche pour considérer que l’IA va transformer profondément les métiers et les activités dans les années à venir. A titre d’exemple, le cabinet de conseil McKinsey estime que 60 % des emplois actuels comprennent 30 % d’activités automatisables à une échéance de 20 à 40 ans. En conséquence, les experts insistent sur l’importance de couvrir les nouveaux besoins en formation initiale et tout au long de la vie.

Posté par bleblanc à 08:59 - Permalien [#]
03 octobre 2017

L’éloignement des éoliennes

Beaucoup de gens se plaignent de la trop grande proximité des éoliennes en France. Il faut savoir que la distance entre premières habitations et éoliennes fait l’objet de réglementations ou de recommandations variables en Europe, aux Etats-Unis, au Canada, etc. Elle varie ainsi de 500 à 2 000 mètres. En France, elle est cependant fixée à 500 mètres, les diverses démarches visant à la porter à 1 000 ou 1 500 mètres n’ayant finalement pas été retenues. Afin d’atténuer l’impact sonore, réel ou supposé, des éoliennes, il serait évidemment tentant de reprendre la recommandation de 1000 mètres. Mais cette recommandation se heurte néanmoins à plusieurs objections d’ordre politique et industriel qui méritent d'être prises en considération. D'abord, une telle mesure impliquerait l’arrêt d’environ la moitié des chantiers de construction actuellement en cours, ce qui représenterait un coût non négligeable ! Ensuite, et cela aussi est important à prendre en considération, l’éloignement des éoliennes aurait peu d’impact, les constructeurs augmentant alors leur puissance et donc leur niveau d’émission sonore tout en respectant les critères acoustiques d’émergence au site d’habitation. De même, l’adoption d’un minimum de 1000 mètres en réduisant la superficie des fermes compte tenu des terrains disponibles en France réduirait – selon des sources politiques et industrielles – significativement la couverture des régions en électricité (pour autant que les autres sources d’approvisionnement, notamment nucléaire, fassent défaut). En tout état de cause, la nuisance sonore des éoliennes de nouvelles générations ne paraît pas suffisante pour justifier un éloignement de 1000 Mètres. La nuisance visuelle en revanche ne pourra que s’aggraver du fait que leur hauteur va pratiquement doubler celle des éoliennes actuelles. Cette nuisance étant en partie liée à la taille, il apparaît logique de lier leur point d’implantation à leur hauteur, au travers d’études d’impact visuel appropriées.

Posté par bleblanc à 16:47 - Permalien [#]

31 août 2017

Sous le parachute

Le mois dernier, j'ai fait une expérience magnifique : un saut en chute libre à Lyon. Je n'en avais encore jamais fait et j'ai été sidéré par l'intensité de ce qu'on ressent une fois là-haut. Mais je ne m'étendrai pas ici sur ce vol (j'essaierai d'en parler dans un prochain billet). Car ce saut de l'ange m'a donné envie de revenir aujourd'hui sur l'histoire de cette invention. Le parachute existait en fait déjà bien avant que nous ne descendions de nos arbres. Les pissenlits se dotent en effet depuis des temps immémoriaux de flotteurs aériens, et ce afin d'aider la dispersion de leurs graines sur de plus grandes distances. Côté humains, les acrobates chinois ont utilisé dès l'antiquité de grands parasols faits de bambou pour amortir leur chute au cours de leurs exercices. Mais le premier à se lancer dans l'aventure fut André-Jacques Carnerin, en 1797. A partir d'un ballon à 1000 mètres d'altitude, il exécuta une hasardeuse descente au-dessus du parc des Mousseaux. Depuis ce jour, l'idée a été progressivement perfectionnée. Sa voilure est, de nos jours, constituée de nylon, et assortie au harnais principal par des fils répartis sur toute sa circonférence. On effectue le pliage du parachute avec la plus grande rigueur, puisqu'un pliage vite fait pourrait empêcher son épanouissement durant la chute et susciter une fin prématurée de son porteur. Outre les parachutes « à personnel », il existe de nombreux types de parachutes « à matériel » ; certains, ayant une surface de 500 m2, peuvent amener au sol des charges de plusieurs tonnes ! Mais il est aussi d'autres types de parachutes : des parachutes-freins ont ainsi été développés pour les avions à réaction. Et il y a également un parachute qui permet, en cas d'urgence, de ramener en vol normal un avion déséquilibré, menacé de s'engager dans une vrille ! Décidément, ces bouts de tissu sont aussi discrets que pratiques ! Sinon, si vous n'avez pas (mais alors, vraiment pas !) froid aux yeux, je vous invite à tenter le saut en chute libre : les sensations sont juste inoubliables ! A lire sur le site de cette activité de baptême de parachute.

 

parachute8

Posté par bleblanc à 10:14 - Permalien [#]
Tags : ,
19 juillet 2017

Winnie l’Ourson censuré en Chine

Aurait-il volé un pot de miel? Certaines références à Winnie l'ourson sont bloquées sur les réseaux sociaux en Chine, où le sympathique nounours a par le passé été comparé... au président Xi Jinping. Il restait possible lundi d'afficher l'image du gentil ourson un peu pataud sur le réseau social Weibo, l'équivalent chinois de Twitter, ainsi que les caractères «Weini xiao xiong» («Winnie le petit ours» en chinois). Mais tout les commentaires étaient bloqués, avec un message d'erreur avertissant que «ce contenu est illégal». La messagerie WeChat, très utilisée en Chine, a supprimé l'image de l'ourson dans sa galerie d'autocollants, mais les utilisateurs pouvaient toujours diffuser leurs propres images animées du célèbre personnage créé en Grande-Bretagne dans les années 1920. Les premières comparaisons entre l'ourson rondouillard et le Chef de la deuxième puissance économique mondiale ont fait leur apparition en 2013, lorsque des internautes ont superposé une image de Xi Jinping et de l'ancien Président américain Barack Obama avec celle de Winnie et de son ami Tigrou, le petit tigre. L'année suivante, les plaisantins recommençaient avec une photo du Président chinois et du Premier ministre japonais Shinzo Abe, comparée à une image de Winnie serrant le sabot de Bourriquet, le petit âne du dessin animé. En 2015, l'image du président chinois passant les troupes en revue était comparée à celle de l'ourson debout dans une voiture décapotable. L'image est devenue «la photo la plus censurée de l'année en Chine», selon le portail d'analyse politique Global Risk Insights.

Posté par bleblanc à 17:05 - Permalien [#]
16 juin 2017

Conversation louche en avion

Un vol EasyJet a atterri d'urgence samedi 10 juin au soir à Cologne, dans l'ouest de Allemagne, en raison d'une "conversation suspecte" entendue à bord et d'un bagage suspect, et trois passagers ont été interpellés, selon la police régionale. Censé rallier Ljubljana à Londres, le pilote a choisi de poser l'appareil après que des passagers eurent informé le personnel de bord "que plusieurs hommes s'entretenaient de sujets terroristes", a indiqué un porte-parole de la police, sans plus de précisions sur la teneur de cette discussion. Après l'atterrissage dans une zone sécurisée du cinquième aéroport d'Allemagne, vers 18 heures, la police fédérale a fait descendre les 151 passagers par les toboggans de secours et a isolé un sac à dos appartenant aux trois suspects, que les démineurs ont ensuite fait exploser. Les trois hommes ont été remis à la police criminelle de Cologne, mais aucune précision n'a été fournie sur le contenu de leur bagage ni sur la réalité de la menace terroriste. Le trafic aérien a été interrompu pendant trois heures et 10 vols ont été détournés dans l'intervalle, pendant que 20 départs se trouvaient retardés. Un peu plus tard dans la journée, la police allemande a annoncé qu'aucun explosif n'avait été découvert dans l'avion. Trois passagers britanniques âgés de 31, 38 et 48 ans, interpellés après l'atterrissage, continuaient d'être interrogés par la police. Selon les autorités, aucun d'eux n'était connu des services de sécurité. Dans un contexte de vigilance accrue après plusieurs attentats en Allemagne, les autorités ont fait évacuer le vendredi 3 juin le plus grand festival de rock du pays, "Rock am Ring", en raison d'une "menace terroriste" écartée le lendemain.

Posté par bleblanc à 17:10 - Permalien [#]
12 mai 2017

Goodbye England

C'est officiel : le Royaume-Uni a activé l'article 50 et s'apprête à quitter l'Europe. Pour la première fois depuis son entrée en 1973, Londres choisit donc de rompre avec une stratégie qui lui a pourtant plutôt réussi : celle du « un pied dedans, un pied dehors ». Lors d'un meeting à Cannes lundi dernier, j'ai été amené à en parler avec d'autres collègues, et tout le monde s'entendait sur un point : les négociations entre l'Europe et l'Angleterre s'annoncent complexes. En fait, un accord est loin d'être certain, parce que le sujet est bien plus complexe qu'on ne le pense. La première ministre Theresa May plaide en faveur d'un accord de libre-échange avec l'UE, disant vouloir « le plus grand accès possible au marché unique ». Le problème, c’est que le marché unique inclut la libre circulation des biens, mais aussi celle des services, des personnes et des capitaux. Pour ma part, je doute que Bruxelles et Londres parviennent à s'entendre en si peu de temps. Mais dans ce cas de figure, comment les choses évolueront ? Eh bien, fin mars 2019, si aucun accord n'est trouvé, le Royaume-Uni sera purement et simplement rejeté du cercle européen. C’est le drame décrit régulièrement par les médias, qui remettrait au goût du jour des douanes pour les produits de consommation comme pour les personnes et bloquerait ainsi tous les mécanismes existants. Une telle complication est perçue comme dramatique par les experts, et ce à la fois pour les Britanniques et les continentaux. Pour autant, la première ministre agite la menace en répétant que mieux vaut pas d'accord qu'un mauvais accord. L'Europe ne prend pas ces attaques au pied de la lettre, cela dit : elles sont en fin de compte assez prévisibles à l'ouverture de tractations, lorsque les parties s'évertuent à s’intimider l'une l'autre pour obtenir gain de cause. Et puis, Bruxelles mise également sur un fait : que la pression exercée par les entreprises sera telle qu'elle va inciter les britanniques à s'entendre avec l'Europe. Le 29 avril, les dirigeants européens se réuniront au cours d'un sommet sans Theresa May, le Première ministre britannique. Les 27 vont "adopter les orientations de négociations pour les discussions du Brexit", selon le président du Conseil européen Donald Tusk. Quoi qu'il en soit, j'ai été séduit par ce meeting. Voici l'agence qui s'en est chargé, si vous voulez jeter un oeil. Je vous laisse le lien vers le site spécialiste du séminaire entreprise à Cannes.

Posté par bleblanc à 14:09 - Permalien [#]
Tags : , ,
11 mai 2017

Pas de sexe neutre

Une personne française intersexe, née sans pénis ni vagin, ne pourra pas voir la mention "sexe neutre" figurer sur son état civil, a tranché jeudi la Cour de cassation. La mention "sexe neutre" ne peut pas figurer dans l'état civil, a décidé jeudi 4 mai la Cour de cassation dans un arrêt rendu sur le cas d'un intersexe français, né sans pénis ni vagin. "La dualité des énonciations relatives au sexe dans les actes de l'état civil poursuit un but légitime en ce qu'elle est nécessaire à l'organisation sociale et juridique", a notamment justifié la haute juridiction dans sa décision. La reconnaissance par le juge d'un "sexe neutre", que "ne permet pas la loi française", aurait en outre "des répercussions profondes sur les règles du droit français", construites à partir de la binarité des sexes, et impliquerait "de nombreuses modifications législatives", a argué la Cour de cassation, qui a rejeté le pourvoi. Un juge des affaires familiales de Tours avait accédé en août 2015 à la requête du plaignant, un psychothérapeute de 65 ans, mais la demande avait ensuite été rejetée en appel l'année suivante. La cour d'appel d'Orléans avait alors craint de "reconnaître, sous couvert d'une simple rectification d'état civil, l'existence d'une autre catégorie sexuelle". "Quand je me regarde nu dans un miroir, le matin ou le soir, je vois bien que je n'appartiens pas au monde des hommes, ni à celui des femmes", avait expliqué à l'AFP avant l'audience devant la Cour de cassation Gaëtan (un prénom d'emprunt), qui veut simplement "que soit reconnu" ce qu'il est "depuis la naissance". "Gaëtan n'est ni homme, ni femme. Il ne se sent ni homme, ni femme. Il ne peut devenir ni homme, ni femme. Et il ne veut devenir ni homme, ni femme", avait assuré son avocat, Me Bertrand Périer. Après de longues années de dissimulation, Gaëtan s'était marié à 42 ans, puis avait adopté avec sa femme un enfant. Le plaignant a, "aux yeux des tiers, l'apparence et le comportement social d'une personne de sexe masculin", et ce conformément à l'indication portée dans son acte de naissance, a noté la Cour. L'atteinte au respect de sa vie privée n'est dès lors "pas disproportionnée", a-t-elle jugé.

Posté par bleblanc à 13:04 - Permalien [#]